Le Carbet

L’origine du nom vient du fait qu’en tupi guarani (Brésil), il signifie grande halle, case commune sans paroi où les Caraïbes se rassemblaient pour prendre les décisions importantes.
Par extension, village Caraïbe.

Historique

Christophe Colomb y aurait débarqué lors de son quatrième voyage, en 1502.
Première résidence de Du Parquet (quartier Monsieur), la paroisse est fondée en 1645 par les jésuites, après le départ du premier gouverneur pour Saint-Pierre.
En 1651, les jésuites construisent une autre chapelle et un presbytère, vraisemblablement à leurs emplacements actuels.
Les deux compagnies de milice du quartier, repoussent les Anglais à la Grande-Anse en 1667.
En octobre 1822, les esclaves de plusieurs habitations se révoltent : la répression est sévère.
Le quartier est érigé en commune en 1837.
L’économie, florissante au XIXe siècle, repose principalement sur plusieurs distilleries et quelques habitations vivrières, sucrières et cacaoyères, on tente même l’indigo vers 1880.
Le peintre Gauguin y séjourne en 1887.
La nuée ardente de l’éruption de la Montagne Pelée de 1902 s’arrête au quartier du Four, à l’entrée du bourg.

290x290leCarbet

Fiche pratique

Superficie : 2 022 ha

Habitants : les Carbétiens

Fête patronale : Saint Jacques, 25 juillet

Activité économique : Canne à sucre, Cultures maraîchères, pêche

Centres d’intérêt : L’église et le cimetière (Monuments Historiques), la cheminée de l’habitation Dariste, les anciennes maisons du bourg, les Habitation Anse Latouche et Lajus (rhum Bally), la Distillerie Neisson, le monastère de Boutboit, randonnée sur le canal Beauregard.

En savoir plus

Office de tourisme du Carbet