Les Trois-Îlets

L’origine du nom vient des trois îlets qui font face au plateau sur lequel a été bâtie la première église paroissiale. Cartographiés  sous ce nom générique dès 1666, ils ont chacun reçus un nom au 20e siècle (Tébloux, Charles et Sixtain).

Historique

En 1667, la baie de Fort-de-France est encore vide d’hommes, à l’exception de la région de l’actuel bourg des Trois Ilets : le « Fonds d’Orange ».
Les colons s’y livrent à la chasse aux lamantins, vaches de mer qui donnent leur nom, en 1682, à la première paroisse : le Cul de Sac à Vaches.
Celle-ci regroupe à l’origine le territoire des futures paroisses du Trou au Chat (Ducos), des Coulisses (Le Saint Esprit), de la Rivière Salée et des Trois Ilets.
D’abord bâtie par les habitants au Grand Bourg de Rivière Salée, la chapelle Notre Dame de la Délivrance est déplacée en 1685 par les jésuites soit au pied de leur habitation sur le site de la Poterie, soit à la Pointe des Pères. En 1698, les jésuites auxquels on a substitué les moines capucins, vendent leur habitation, laissant la chapelle à son emplacement. En 1724, Pierre L’Homme d’Aubigny donne un terrain situé sur un plateau dominant la baie, face aux trois îlets, sur lequel sont définitivement établis l’église, le cimetière et le presbytère. La paroisse prend alors le nom de Trois-Ilets.
Au 18e siècle, la position stratégique de l’îlet à Ramier lui fait subir plusieurs attaques britanniques (1762, 1794 et 1809).
En 1837, les Trois-Îlets, le Grand-Bourg et le Petit-Bourg de la Rivière-Salée, sont regroupés dans la commune des Trois-Bourgs.
En mai 1849, la paroisse est définitivement érigée en commune autonome. Les habitations Poterie et Sarcelle alimentent l’usine de la Pointe Simon puis celle de Rivière-Salée  en canne à sucre,  jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Plusieurs distilleries fabriquent du rhum. Les quartiers Beaufond, La Ferme et La Plaine fournissent le marché du bourg en productions vivrières.
La Poterie des Trois-Îlets, fabrique industrielle et artisanale, approvisionne la Martinique en briques, tuiles et objets de terre cuite (terrailles). À la fin du 20e siècle, alors que l’Est de la commune s’est tourné vers le tourisme , la culture de la canne à sucre est toujours la principale activité dans la partie ouest des Trois-Îlets.

290x290_Trois-Ilets Pointe du Bout

Fiche pratique

Superficie : 2 860 ha

Habitants : les Îléens

Fête patronale : la Présentation, 2 février

Activité économique : Canne à sucre, pêche, jardins vivriers, poterie, artisanat divers et tourisme balnéaire

Centres d’intérêt : Église de la Présentation du Seigneur , chapelle ND de la Délivrance, ruines et musée de La Pagerie,  ateliers et village de La Poterie, Maison de la Canne, Ilet à Ramiers, Fort d’Alet, fortin de la Pointe du Bout (ancien lazaret – Hôpital léproserie 1925), le golf avec les ruines de la sucrerie et de la distillerie L’Espérance.

En savoir plus

Office du tourisme des Trois-Îlets