Le Morne Rouge

Ce toponyme se rencontre en plusieurs endroits de la Martinique pour désigner une grosse colline dont la végétation ou le sol paraissent rouge de loin. Il est mentionné pour la première fois dans les hauteurs de Saint-Pierre sur la carte de Moreau du Temple de 1770.

Historique

La création du bourg est d’abord liée à l’accueil des réfugiés acadiens d’Amérique puis des Alsaciens de Guyane au camp du Champ Flore, entre 1761 et 1792.
Dès 1763, le Champ Flore possède une chapelle desservie par un aumônier venu avec les Acadiens, Monsieur Terminiau.
Le gouverneur d’Ennery fonde une paroisse au Champflore le 30 setembre 1768. Cette chapelle et le camp disparaissent à la Révolution, en même temps que meurent les derniers Acadiens.
Entre temps, les Frères de la Charité se sont installés au Morne Rouge. En 1776 ils « achètent de Monsieur de Valmenière, une habitation de 123 hectares pour y entretenir des bestiaux à l’usage de leur hôpital. Nationalisée en 1792, l’habitation demeure entre les mains du dernier supérieur défroqué puisque, en 1803, une convention est passée entre le directeur général du Domaine et le dernier supérieur des Frères de la Charité adjugeant à ce dernier l’habitation « le Champ Flore » pour neuf années. En 1805, elle semble avoir été vendue.
L’origine du Morne Rouge est aussi militaire : instaurées en quartier vers 1761, les hauteurs de la Roxelane constituent le Réduit de Saint-Pierre contre les attaques étrangères d’abord puis, en 1790 contre les révolutionnaires du Fort Royal. A cette date en effet, le gouverneur de Damas charge le sieur Mollerat d’établir un camp retranché, appelé le Morne Rouge, sur l’habitation Champflore afin de protéger la ville de Saint-Pierre. Le quartier du Champflore se livre alors à l’agriculture vivrière, à l’élevage et à la fabrication du charbon de bois pour approvisionner Saint-Pierre.
En 1820 il n’y a que deux sucreries et en 1882 seule Grand Réduit subsiste comme distillerie, mais trois autres se sont installées entre temps : L’Etage Balisier (actuel Bardury), Château Gaillard et Champflore. Elles emploient des engagés Indiens mais ne survivent pas à 1902. Cependant, après 1929, des petites distilleries réapparaissent, il n’y en a plus en 1960.
Le développement du bourg est finalement du à des considérations climatiques, sanitaires et religieuses: station de « changement d’air » pour la bourgeoisie de Saint-Pierre, camp de repos pour les militaires et sanctuaire de pèlerinage à la Vierge.
Des villas cossues s’alignent sur la route reliant Saint-Pierre à l’Ajoupa-Bouillon au milieu du 19e siècle et sont à l’origine des premières rues.
Dès 1845, une chapelle est édifiée à l’emplacement de l’actuelle église. Elle est dédiée à Notre-Dame de la Délivrande au moment où elle prend le statut de paroisse par arrêté de l’évêque Le Herpeur, en 1851.
En 1868, un vaste sanctuaire accueille les pèlerins de la Vierge de la Délivrande. Le pèlerinage annuel et la maison de Nazareth, où les Filles de la Délivrande accueillent malades et nécessiteux, provoquent un essor de la population paroissiale dans la seconde partie du 19e siècle.
La paroisse est érigée en commune le 11 janvier 1889.
La première municipalité est fauchée avec plus de 800 victimes par la seconde éruption de la Montagne Pelée, le 30 août 1902. Après l’éruption, environ 600 sinistrés sont installés au nord de Fort-de-France. Beaucoup ne sont jamais revenus dans leur commune d’origine, restaurée en 1909.

290x290_Morne des Cadets - Fds St Denis

Fiche pratique

Superficie : 3 764 ha

Habitants : les Péléens

Fête patronale : Notre-Dame du Bon Secours, 8 décembre

Activité économique : Banane, ananas, cultures florales

Centres d’intérêt : Domaine d’Émeraude, maison du volcan, usine d’embouteillage Chamflore, médiathèque (ancienne maison Labarde), pèlerinage à Notre-dame de la Délivrande (30 août), ascension de la Pelée par l’Aileron, randonnées au Morne Jacob, du Morne Rouge à la Rivière des Pères (Perrinelle) ou à la Roxelane (la Trace des Mamies) par la Pelée : la Trace de la Pairie (de Deux Choux au Gros-Morne), la Trace des Jésuites, la crête du Cournan, de Deux Choux au Morne Rouge par le Morne La Caillerie, ascension du Piton Gelé.

En savoir plus

Office de tourisme du Morne-Rouge