Le Macouba

L’origine du nom vient du nom Caraïbe d’un petit poisson non identifié donné à l’embarcadère, puis au quartier.

Historique

Jusqu’en 1658, le territoire du Macouba demeure terre des Caraïbes.
Une chapelle est bâtie en 1667 et la paroisse est fondée en 1679.
Après la création des communes en 1833, le Macouba devient section municipale de la commune de la Basse Pointe en 1837 et ne trouve son autonomie municipale qu’en 1845.
Si la région est restée célèbre pour son pétun (tabac) du 17e au début du 19e siècle, le cacao et le café ont fait sa richesse au 19e siècle. Le sucre et le rhum, produits en grosse quantité, posent des problèmes d’exportation, la côte étant bordée de falaises qui rendent difficile l’accès à l’océan. De plus, l’agitation de la mer, animée d’un violent ressac, interdit l’approche des pirogues : les fûts sont donc jetés à l’eau pour que des nageurs les poussent jusqu’aux navires.
Les habitations, désertées par les anciens esclaves lors de l’abolition de l’esclavage, font appel à une main-d’œuvre venue de l’Inde. Les descendants de ces engagés constituent une forte proportion de la population actuelle.

290x290Macouba

Fiche pratique

Superficie : 1 175 ha

Habitants : les Macoubétins

Fête patronale : Sainte Anne, 26 juillet

Activité économique : Canne, banane, pêche

Centres d’intérêt : Roche à Bon Dieu (polissoir amérindien), église, distillerie Fond Réville (rhum JM), habitations Case-Paul, Bellevue et Chesneaux, temple hindouiste à Chesneaux, chemin du bord de mer vers Nord Plage.